The Rolex submariner is replica watches uk one of the different models from these accounted watchmaking pioneers. This archetypal is replica watches abnormally advised for the diving enthusiasts as its abstruse appearance can amuse their expectations and requirements. The baptize attrition accommodation of replica watches the watch is up to 300 meters which is ideal for the diving sports lovers. The triplock arrangement of this archetypal acted a as replica watches an added band for convalescent the baptize resistance.

Les Sanctuaires

Le sanctuaire et l'église de Notre Dame Maritime

Ce sanctuaire est communément comme sous le nom de " Notre Dame Martine " dû, selon les chercheurs, à une confusion avec la célèbre martyre Aquilina de Jbeil en mémoire de laquelle ils avaient érigé un sanctuaire aux abords de leur côté et qui était spécialement visité durant la cueillaison des vers à soie. Quant au surnom " Maritime ", les Francs l'auraient attribué à un sanctuaire de la Sainte Vierge, leur sainte patronne et protectrice, quand ils parcouraient les mers en route vers les conquêtes et les guerres. La ville de Jbeil étant depuis des temps immémoriaux un part maritime important de guerre et de commerce, l'un de ses sanctuaires fut consacré donc à Notre Dame Maritime.

-Les rares documents disponibles dans les archives du couvent Saint Jean Marc – Jbeil révèlent l'existence d'une église consacrée à Sainte " Martine " en son emplacement actuel au sud de la ville. L'Emir Youssef Chehab la remit aux mains de l'OLM en même temps que l'église Saint Jean Marc et les autres sanctuaires et églises de Jbeil en 1766. En 1780, le Patriarche maronite Mikhaël Al-Khazen publia une circulaire officielle affectant les moines libanais au service de cette église.

La construction de l'église actuelle s'étendit sur 2 ans et achevée le 11 Avril 1876, comme un témoigne la plaque de marbre au-dessus de la porte de l'église : " Le moine libanais Ghnatios Al-Maadi a érigé ce sanctuaire béni en Avril 1876 ". Les documents relatifs à l'église indiquent que le père Al Maadi avait acheté un terrain pour le compte de Sainte Martine et construit des sanctuaires près de cet endroit en 1877 et 1878. Il semblerait que les fidèles, tout attachés qu'ils étaient à la mère de Dieu, s'étaient liés à elle par des vœux constants, comme en témoigne la lettre du patriarche Boulos Massaad adressée au supérieur du couvent Saint Jean en 1888 et dans laquelle il ordonne aux personnes qui ne se sont pas acquittée de leurs vœux de le faire sans plus attendre.

Avec le temps et dû à la présence de l'église à proximité de l'autoroute, le nombre des fidèles qui la visitaient continua de croître, notamment les conducteurs de voitures et les personnes les accompagnant, et ce pour prier, être béni et prendre part au service divin. Il ne faut également pas oublier les fidèles résidant à proximité de l'église et ceux qui la considèrent comme leur paroisse dans laquelle ils s'acquittent de leurs devoirs religieux les Dimanches et jours de fêtes. Par ailleurs, la plupart des tombes et tombeaux des habitants de Jbeil sont situés à proximité de l'église qui accueille par suite les cérémonies funéraires et les funérailles d'un grand nombre d'habitants de la ville. Les moines libanais du couvent Saint Jean Marc assurent le service de la paroisse Sainte Martine, y compris le service divin tous les Samedis à 4h de l'après-midi en hiver et à 5 heures en été ainsi qu'à l'occasion des fêtes les plus importantes de l'église. Les habitants de Jbeil honorent Sainte Martine de manière générale à l'occasion des fêtes consacrées à la Sainte Vierge, et plus spécifiquement le 15 Août de chaque année, jour de la Fête de l'Assomption.

Le sanctuaire et l'église Notre Dame de Portail:

Cette église – sanctuaire est située dans le mur d'enceinte de l'ancienne cité de Jbeil près de la porte ouest de ce rempart avoisinant la citadelle et menant à l'ancien souk de la ville , d'où le nom de " Notre Dame du Portail ". Selon la tradition, l'existence de ce sanctuaire remonterait au temps des Croisés, soit au XIème et XIIème siècle. Cette tradition est d'autant plus confirmée que le fait que l'église est situé près de la partie croisée de la citadelle qui était entre autres la résidence des princes impériaux. Par ailleurs, les croisés avaient construit des églises dédiées à la Sainte Vierge, leur première patronne lors des Croisades, et parmi elles l'église Saint Jean Marc – Jbeil. " Notre Dame du Portail " serait, à l'origine, une cabane découverte par un archéologue venu de l'Occident en 1655 et que les chrétiens pauvres auraient transformée en église.

Renommés pour leur piété et leur ardeur dans la défense de la foi et de l'Eglise, les cheikhs de la famille Dahdah arrivèrent au pouvoir en 1763 : Ils entreprirent de restaurer l'église " Notre Dame du Portail " et en accordèrent les legs pieux aux moines maronites qui en assurent toujours le service de nos jours.

-" Notre Dame du Portail " peut accueillir 30 personnes environ et contient une peinture à l'huile de la Sainte Vierge avec son sourire pur et expressif couronnée d'étoiles et portant le divin Enfant dont la main droite est levée en signe de bénédiction. Vu la proximité de l'église et de l'ancienne mosquée de Jbeil, elle est devenue un lieu vénéré dont on implore l'intercession et un sanctuaire  où chrétiens et musulmans affluaient pour prier et en obtenir la bénédiction. Selon la tradition, les fidèles venaient à Notre Dame du Portail pour prêter serment devant elle étant donnée qu'ils lui prêtaient la faculté d'en garantir la véracité et d'en dévoiler l'invalidité. Les gens y voyaient la mère de la justice et la sainte patronne de l'équité devant laquelle ils accouraient tout tremblants pour statuer sur leurs problèmes et leurs affaires mystérieuses en suspens : elle paralysait le bras du parjure et rendait à chacun son droit.

En 1950, le moine maronite Youwassaf Yazbeck, supérieur du couvent Saint Jean Marc, restaura l'église antique de Notre Dame du Portail, y installant l'électricité et l'équipant de meubles et autre ustensiles ecclésiastiques, et acheta 2 statues, la première représentant Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus et la seconde Sainte Antoine de Padoue. Beaucoup de fidèles y baptisent et confirment leurs enfants sans oublier les visiteurs qui viennent y méditer et prier chaque jours, allumant des cierges à la fenêtre de l'église pour demander l'obtention d'une grâce, s'acquitter d'un vœu ou la remercier d'une générosité quelconque. L'office divin est célébré à Notre Dame du Portail tout les Samedis à 7h du matin. Les habitants de Jbeil vénèrent Notre Dame du Portail le 15 Août de chaque année, jours de la fête de l'Assomption : l'église est alors le point de départ du prossession mariale vers la cathédrale Saint Jean Marc pour célébrer à la foi, l'assomption et la fête du Saint .

Le sanctuaire de la Sainte Martyre Aquilina de Jbeil:
Née à Jbeil en 281, Aqulina y mourut en Matyre en 293 à l'âge de 12 ans sous le règne de Dioclétien et de Pholocianos, gouverneur de la ville. Elève d'Otalios, évêque de Jbeil, elle était connue pour son attachement à la propagation des principes du Christianisme, poussant ainsi un grand nombre de païens – notamment de jeunes filles et    garçons – à se convertir .

Les reliques de la martyre Aquilina furent enterrées à l'extérieur de la ville. Il est probable que le modeste sanctuaire érigé en son nom sur une colline à l'est de Jbeil est en fait le lieu de sa sépulture. Ce sanctuaire en ruines était visité par les habitants de Jbeil pour prier et en obtenir la bénédiction, ce qui les poussa à le reconstruire et le restaurer en 1995. Selon l'orientaliste français Ernest Renan, la martyre Aquilina aurait été enterrée à l'extérieur des murs, soit près de l'église Sainte Martine. Le moine libanais Antonios Zgheib écrivit – quant à lui – sa biographie ainsi que des prières et chants religieux qui lui sont consacrés. Il commanda également au peintre Semaan Sarah (connu sous le nom de Semaan le photographe) un tableau représentant la martyre Aquilina et qui devint l'unique source de toutes ses représentations. Sur ce, P. Louis Khalifé oeuvra en vue de propager sa vénération et demander son intercession du temps où il était supérieur du couvent Saint Jean Marc. Il lui consacra en 1976 une chambre au sous-sol du couvent en attendant de lui construire son propre sanctuaire. La vénération d'Aquilina revint ainsi au premier plan, quoique assez timidement.

-Quand le révérend père Youhanna devint supérieur du couvent de Jbeil, il s'intéressa particulièrement à la vénération d'Aquilina. Ceci fut favorable accueilli par les commerçants et habitants de la ville, notamment M. Boutros Al-Outayyeq, propriétaire d'un atelier de couture pour hommes et d'un commerce de tissus dans le souk antique de Jbeil. Cet homme avait accroché une représentation de la martyre Aquilina à la vitrine de son atelier et oeuvrait auprès des commerçants de Jbeil à développer et consacrer la vénération de la sainte martyre. Grâce à ses efforts, un sanctuaire dédié à la martyre fut construit dans le mur de son atelier en 1982. Suite à cela, les commerçants de Jbeil, profitant du soutien du révérend père supérieur Maroun Gharios, baptisèrent officiellement la rue passant devant le sanctuaire en son nom le 18/12/1987. Dès lors, et selon la tradition une procession de méditation et de prière est organisée le jour de la fête de la martyre ( le 13 Juin ), prenant comme point de départ l'église Saint Jean Marc en passant par le souk antique pour aboutir à la rue Aquilina où la Sainte messe est célébré en cette occasion.

Ainsi, les ouvriers redoublèrent – ils d'effort afin de développer et d'élargir le sanctuaire de la martyre Aquilina avec le soutien et les encouragements du supérieur du couvent P. Tannous Nehmé ; Deux locaux de commerce jouxtant l'atelier de Boutros Al-Outayyeq et dépendants du couvent " Notre Dame des Secours " furent vidés de leurs occupants en vue de les transformer en sanctuaire décent dédié à la martyre. Le 13 Juin 1994, le tableau représentant Aquilina fut transporté de son sanctuaire au couvent vers le nouveau sanctuaire où les travaux sont toujours en cours pour en achever la construction du sanctuaire et l'équiper en meubles. En 2005, la cour extérieure du sanctuaire fut dallée et embellée.

Les habitants de Jbeil fêtent leur martyre Sainte Aquilina le 13 Juin de chaque année : une messe est célébrée dans la rue portant son nom le soir de la fête après la procession prenant son point de départ de la cathédrale Saint Jean Marc ; L'office divin est célébré dans le sanctuaire le jour de sa fête ( matin et soir ), et chaque Vendredi soir durant le reste de l'année .